Chapitre

Chapitre 6

Les contradictions de la sociĂ©tĂ© sont-elles rĂ©solues par l’Etat?

L’homme est un animal politique selon Aristote car il est douĂ© du langage pour dĂ©libĂ©rer, c’est-Ă -dire discuter les opinions qui conduisent Ă  des vĂ©ritĂ©s indĂ©montrables et pourtant nĂ©cessaires  (le jugement de goĂ»t lorsqu’il discute de la beautĂ© d’une Ĺ“uvre d’art, l’excellence du gouvernant et du citoyen lorsqu’il discute des lois, les raisons d’agir qui peuvent conduire l’homme Ă  ĂŞtre libre, les principes et les buts de la science, etc.).
 
Les lois que les hommes doivent respecter pour vivre ensemble, ne sont qu’une partie de ce qu’administre l’Etat dans une sociĂ©tĂ©. Mais les antagonismes qui agitent ces sociĂ©tĂ©s (crises politiques, crises financières, crise Ă©cologique, crise de la reprĂ©sentation dĂ©mocratique mĂŞme…), qui conduisent dans le pire des cas Ă  la guerre civile, ne rendent ils pas illusoire l’idĂ©e d’une sociĂ©tĂ© reconciliĂ©e? L’Etat paraĂ®t dès lors ĂŞtre une institution dont le but est d’assurer l’unitĂ© dans la sociĂ©tĂ©, d’Ă©viter que les tensions qui la traversent anĂ©antisse le contrat social.
 
Mais la garantie de l’unitĂ© de la sociĂ©tĂ© par l’Etat dĂ©pend de l’idĂ©e qu’on se fait de son rĂ´le, de sa fonction. Car en dĂ©finitive toutes les contradictions qui traversent la sociĂ©tĂ© ont leur origine dans la conception que les hommes se font de l’Etat.

Pour les uns l’Ă©tat doit garantir la justice et l’Ă©quitĂ© sociale, par la redistribution des richesses (impĂ´ts), par l’intervention dans l’Ă©conomie (nationalisations), par le monopole de la violence lĂ©gitime (forces de polices et armĂ©es). Pour d’autres au contraire l’Etat ne doit pas intervenir ou le moins possible dans les Ă©quilibres de la sociĂ©tĂ©: le marchĂ© Ă©conomique doit se rĂ©guler seul selon l’offre de la loi et la demande, c’est aux citoyens eux-mĂŞmes de se dĂ©fendre contre les inĂ©galitĂ©s ou d’assurer leur propre sĂ©curitĂ©, etc. D’autres enfin prĂ´nent une sociĂ©tĂ© sans Etat.
 
Le problème que pose la question porte donc sur les diffĂ©rentes conceptions que l’on peut se faire de l’Etat. Quel est sont rĂ´le? Pour le savoir nous nous interrogeront dans chaque partie sur le principe qui fonde diffĂ©rentes conceptions possibles de l’Etat. Nous verrons que ce fondement est aussi sa finalitĂ©.

Synthèse du cours

Pages en rapport avec ce chapitre